Vous n’avez pas idée à quel point tout peut basculer dans votre vie d’un instant à l’autre. Un changement soudain pouvant intervenir n’importe quand, un laps de temps infime durant lequel tout ce qui comptait pour vous s’effondre, tout ce qui faisait votre identité s’envole. Assez terrible me direz-vous, et vous avez raison. On est confortablement assis dans le canapé en cuir près de la cheminée qu’est l’existence, et cet enfoiré de hasard (encore lui...) donne une satanique pichenette et fait tout chavirer.

Tous ces gens qui passent leurs journées à penser, tous ces pourris de notre société de consommation qui s’obstinent à remplir leurs poches avec mépris. Alors comment changer le monde ? Arrêter de penser à sa personne, vivre non pas pour une fin égoïste mais altruiste. Simple à dire, quand on sait que l’on finira tous pareil et que ce futur reste incontournable. Il faut y croire.

Croire, c’est le mot. Rien ne sert d’établir quoi que ce soit sans même un soupçon d’espérance, l’envie de « j’y crois. » On attaque la confiance en sois, le doute omniprésent qui assaille les esprits perdus et c’est un sujet sans fin. Cette petite voix qui essaie de nous présenter tous les cas de figures possibles. Ce bullet-time psychique qui empêche l’assurance de prendre les commandes. On en reparlera, promis !

Ca a été dit et redit, ça n’a rien d’original, ni la prétention de faire avancer l’humanité, mais ça à le mérite d’être l’article le plus sincère de ce misérable blog poussiéreux. Un article rebelle et inutile peut-être, mais sincère. Vivez et profitez de chaque instant sans penser au suivant. Laissez votre cœur parler de temps en temps, il peut s’avérer bien plus efficace que votre matière grise...

Reposez en paix.